Cri de coeur pour le Nord-Mali

Communique suite à la situation du Nord

Le Collectif Cri de Cœur,

Suite aux récents évènements en cours au Nord du Mali, exprime sa préoccupation par rapport à la perte des vies humaines et de la violation des droits humains.

Ce contexte en se greffant sur une situation initiale de crise alimentaire alarmante, la crise sécuritaire prolonge et amplifie le drame des populations, créant une situation de teneur généralisée sur fond de violation systématique des droits humains fondamentaux des populations :
- Déplacement des personnes,
- Rupture de la chaine d’approvisionnement des vivres,
- Abandon des agents des services sociaux de base,
- Retrait de certains agents humanitaires,
- Détérioration de la santé des populations et de leur environnement,
- Perturbation du cycle régulier de l’école surtout en cette période des examens…
En clair, déjà frappées par deux années de pénurie alimentaire, les populations du Nord subissent un double traumatisme psychologique et moral, réduites aux pires privations : eau, médicaments, électricité, aliments de subsistance…,

A l’approche du mois de Ramadan et de l’hivernage, cette nouvelle donne à la résolution incertaine plonge les populations dans l’impasse.

Pour ce faire, le Collectif Cri de Cœur en appelle à la mise en place et sans délai d’un corridor humanitaire pour acheminer l’assistance alimentaire et médicale dans les zones concernées.

Le Collectif Cri de Cœur invite
- L’ensemble des maliens à la cohésion et à la solidarité ;
- Au Gouvernement des mesures urgentes pour assurer la protection des personnes et des biens, une prise en charge des personnes déplacées ;
- A la Communauté internationale des actions urgentes pour une résolution définitive de la crise et la poursuite des auteurs de toutes les exactions devant les cours et tribunaux. 

Bamako, le 24 mai 2014.

Le Président
Almahady M. CISSE

" Bring Back our girls" "Ramenez nous nos filles

CRI DE CŒUR, Yellen Africa et toutes les organisations conscientes de la Jeunesse du Mali ont demandé de tout mettre en œuvre afin de retrouver et ramener nos sœurs saines et sauves; de Renforcer les dispositifs de protection des jeunes filles; de Sécuriser les écoles; de Dénoncer toutes les violences basées sur le genre; de Renforcer la coopération Inter Étatiques pour lutter contre le terrorisme et l’intégrisme.


Et ensemble, ont dit ” Bring Back our girls” “Ramenez nous, nos filles” 

La MINUSMA soutient avec le Collectif Cri de Coeur les victimes de violences sexuelles à Gao 

ASSITANCE AUX FEMMES VICTIMES DE TORTURE A GAO, Cri de Coeur soutient 100 femmes!

Le Collectif Cri de Coeur a procédé  à la remise solennelle de kits de dignité aux victimes de violence sexuelles ; le mardi 29 avril 2014 à son siège sise à Sossokoïra. Cette cérémonie s’inscrit dans le cadre  des activités de sensibilisation et de protection des droits humains de son projet d’assistance aux femmes victimes de torture à Gao  financé  par le Fonds de Contribution volontaires des Nations Unies. Placée sous la présidence de M. Abdoulaye Bathily, le représentant spécial adjoint du Secrétaire général des Nations Unies au Mali à ses cotés M. Guillaume Ngefa, le représentant du Haut Commissaire des Nations Unies au Mali et M. Modibo Poudiougo, secrétaire général du ministère de la justice, des droits de l’homme, Garde des Sceaux. Etaient présent  M. Almahady Cissé, le président du Collectif Cri de Coeur, les femmes bénéficiaires  et plusieurs autres personnalités.

 Notre pays a connu une situation de crise politico- socioéconomique sans précédant, dont les populations du nord Mali souffrent encore des lourdes conséquences. En effet, les différents groupes ont commis des crimes au regard du Droit International et de graves atteintes aux droits humains. Les couches les plus vulnérables que sont femmes et les enfants, notamment les filles ont été victimes de viol, de toutes sortes de violences sexuelles, de mariages forcés, d’esclavages sexuel, de lapidation et leurs droits ont été violés de façon très graves.         

En prenant la parole, M. Almahady Cissé, le président du collectif Cri de Coeur, il a tout d’abord remercié ses  hôtes du jour . Il  a retracé l’historique de Cri de Coeur  depuis sa création en Avril 2012 jusqu’à nos jours, les différentes activités menées  à travers le pays et plus précisément les régions du nord Mali. Le président de Cri de Coeur a rappelé que ” le histoire de Cri de Coeur est intimement liées aux femmes et aux enfants”. C’est pourquoi, il se réjouit que dès 2015, son projet sur le droit humains et assistance juridique sera intégré dans l’agenda de la Minusma.

 A ses dires, par ce geste Cri de Cœur et les Nations Unies souhaitent donner un brin de bonheur et d’espoir à toutes ces victimes qui ont lutté, qui ont résisté et qui continuent à se battre pour tenir le foyer. Avant de terminer son intervention, le président de Cri de Coeur  a remercié les autorités locales, les partenaires et toute l’équipe de Cri de Coeur pour l’excellent travail abattu.

 M. Guillaume Ngefa, de la Division Droits de l’Homme de la MINUSMA a expliqué que” l’un des axes stratégiques majeurs du bureau du Haut-commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme est de favoriser une plus grande implication des victimes dans les processus de justice transitionnelle et réconciliation nationale du Mali. Ceci passe par une plaidoyer visant à aider les victimes des violations graves des droits de l’hommes commis au nord du pays depuis le début de la crise à organiser, à savoir un meilleur accès aux mécanismes formels et informels de la justice, à bénéficier d’une assistance médicale et sociale ainsi que l’une prise en charge psychologique”.

 Il a ajouté que l’an dernier, le Fonds des Nations Unies pour les victimes de la torture a lancé un appel à projets visant à aider les victimes des récents événements

dans la région Moyen-Orient, Afrique du Nord et le Mali à la suite duquel trois grands projets d’urgence ont été identifiés et sont actuellement mis en œuvre au Liban, en Syrie et au Mali pour l’appui de victimes de torture.

M. Ngefa dira que  c’est dans cadre que le conseil d’administration du Fonds a étudié la demande de financement d’urgence de l’association le Collectif Cri de Coeur, intitulé “Projet d’assistance aux femmes victimes de violences sexuelles et de torture à Gao” et recommandé le versement immédiat d’urgence d’un montant total de 40.000 Dollars comprenant un volet formation et renforcement des capacités.

A ses dires “nous sommes très heureux aujourd’hui d’assister à la concrétisation de ce projet et nous souhaitons bonne chance au Collectif Cri de Coeur pour la mise en œuvre et le développement de ce projet; et espérons avoir l’occasion de soutenir d’autres projet similaires au Mali”.

 Pour  M. Abdoulaye Bathily, le représentant spécial adjoint du Secrétaire général des Nations Unies au Mali, il a affirmé que “Gao a toujours été un centre de rayonnement de la civilisation ouest Africain, il a toujours été une cité de tolérance et de droit humain, il y a de cela des siècles”. Ses barbares qui ont occupés cette ville on voulut mettre fin à toute trajectoire de cette ville a t il ajouté.

Pour magnifié ce geste de Cri de Coeur, M. Bathily a encouragé et félicité le collectif. Il a expliqué  ”que la Minusma avec l’ensemble de la communauté internationale continuera de leur soutenir”. Il a exprimé également leur compassassions aux victimes de ses actes inqualifiable, leurs dires  qu’ils sont  avec eux et les laisserons pas tomber. En fin  il a rendu un vibrant hommage à la population de Gao qui a résisté à l’occupation et a exhorté les différentes communautés de la région à privilégier l’esprit de tolérance.

M. Modibo Poudiougo,  conseiller technique au ministère de la justice, des droits de l’Homme, Garde des Sceaux dira que nombreuses violations des droits de l’homme ont été enregistrées partout au Mali mais particulièrement dans les régions du Nord. Parmi ses actes de tortures on dénombre les traitements criminels, inhumains et dégradants tout comme les violations sexuelles faites aux femmes. M. Poudiougo a exhorté le collectif Cri de Coeur a utilisé cette aide judicieusement pour les victimes. Au nom du gouvernement du Mali, à travers le ministère de la justice apportera tout son appuis aux victimes et à Cri de Coeur a t il lancé.  M. Poudiougo a expliqué que bientôt des centres d’écoutes verront le jour dans les régions du Nord principalement mais aussi dans certains régions Ségou et Mopti. Ses centres écouteront et orienteront les victimes éventuellement devant la justice et les aideront à obtenir réparation.

 Au total 100 femmes ont reçus chacune un Kit de dignité. Le Kit de dignité est composé d’un seau, des savons, trois pagnes Wax, une torche, une serviette. En plus de ses kits, le projet apporte également  une assistance médicale,  psychologique et  sociale à ces victimes. 

Dans le cadre de ses activités de sensibilisation et de protection des droits humains, le Collectif CRI DE COEUR vient de lancer son projet d’assistance (psychologique, médicale et sociale) aux femmes victimes de torture à Gao  avec l’appui financier du Fonds de Contribution volontaires des Nations Unies à hauteur de 29 000$.

C’était le jeudi 20 mars 2014 à son siège sise à Sossokoïra. La cérémonie était présidée par M. Ibrahim Arboncana, conseiller aux Affaires économiques et financiers du gouverneur de Gao en présence de M. Hafizou Boncana, le coordinateur du projet et M. Abdou Maïga le représentant du maire urbain de Gao. Etaient présents, Mme Nora Benyakoub, la représentante de la Composante Droit de l’Homme de la MINUSMA, les femmes victimes de torture et plusieurs autres personnalités.

Lancement A’LAFIA

Le  jeudi 30 janvier 2014 à 16h00mn le Collectif CRI DE CŒUR en collaboration avec la Fondation internationale pour les systèmes électoraux (IFES) et l’USAID a procédé au lancement officiel de son projet dénommé « A’Lafia » pour la paix et la réconciliation nationale. C’est dans un point de presse animé par le président de Cri de cœur, Alhamady Moustapha Cissé a expliqué l’objectif du projet, en présence du représentant de l’IFES, M. Andry Ranohavimboamangi, le directeur du Fonds de solidarité national Adama N DIARRA, la directrice des affaires civiles de la Minusma, Mme Elsie Effang Mbetta et d’autres associations de la société civile.

Le Projet« A’Lafia » est financé par IFES et USAID à hauteur de 33 millions F CFA , il est opérationnel depuis juillet 2013 et couvre les régions de Tombouctou et Gaopour une durée de 12 mois.

La stratégie de communication post-crise « A’Lafia » est un outil de sensibilisation des populations maliennes, sans exception, pour la reconstruction du tissu social à travers un processus de dialogue continu pour la réconciliation, de communication pour la cohésion sociale et l’engagement citoyen pour la paix et le développement.

« A’Lafia » s’articule autour des orientations, qui elles-mêmes définissent les principes d’actions. Ces orientations, se définissent par la  communication à visage humain, la communication par les valeurs, la communication par les actions et la communication sur les perspectives/opportunités.

Il s’agira également, à travers cette campagne, d’informer les populations maliennes sur les dérives intégristes et les moyens de lutte contre le fanatisme religieux, promouvoir le dialogue inter-malien à travers un processus participatif et inclusif.

Le représentant de la Fondation internationale pour les systèmes électoraux, M. Andry a salué et réaffirmé leur soutien au collectif qui, selon lui, est indispensable dans le processus de paix et de réconciliation nationale.

Dans son intervention, le directeur national du développement social Modibo diallo, qui représentait le Ministre du Travail et des Actions Humanitaires, a rappelé les mérites du Collectif Cri de Cœur qui a bravé le danger à un moment où personne n’osait s’aventurer dans les régions du nord. L’occasion du lancement de ladite campagne a permis à différentes personnalités de témoigner et de louer les actions du collectif dont l’initiative se veut innovante. Il a aussi rassuré le collectif du soutien des autorités pour la réussite de son engagement.

La directrice des affaires civiles de la Minusma, Mme Elsie Effang Mbetta, qui a récemment pris fonction, juge salutaire la démarche de Cri du cœur. « La Minusma ne peut pas avoir des solutions toutes faites. Elle compte sur l’implication des Maliens eux-mêmes pour  trouver des réponses au déchirement que la crise a provoqué », a indiqué la responsable de la mission onusienne.

Le représentant du COREN pour sa part est satisfait de ce que le Collectif a fait et continue à faire pour les populations du Nord. C’est pour une lui une opportunité pour exprimer toute sa gratitude et sa reconnaissance pour le jeune organisation.

Le point de presse a été clos à 17h 30 par des messages d’encouragement de félicitation par le représentant du Ministre. 

Rencontre avec la délégation du Conseil de Sécurité de l’ONU

Le lundi 03 février 2014 de 9h00 à 10h30, la salle Union Africaine de l’hôtel de l’Amitié a servi de cadre à la rencontre entre la délégation du Conseil de Sécurité et les représentants des Organisations de la Société Civile (OSC) maliennes.

Douze (12) organisations, dont trois (3) femmes ont répondu à l’invitation des sections des Affaires Civiles, Droit de l’Homme et Genre. Les participants étaient issus des réseaux, associations, plateformes, ONG, et organes affiliés dixit les fédérations et associations de femmes et de jeunes, des représentants des communautés (Bella, Tamashek, Pulaaku) et du Collectif des Ressortissants du Nord Mali (COREN).

 La cérémonie a été présidée par le Représentant Spécial Adjoint du Secrétaire Général des Nations Unies au Mali chargé des Affaires Politiques, M. Abdoulaye Bathily.

 M. Bathily a d’abord donné la parole à Mme Ascofaré Ouleymatou Tamboura, porte-parole des OSC pour la circonstance, afin de présenter le communiqué final des acteurs de la société civile présents.

Le document final présenté a tenu compte des préoccupations actuelles des OCS, qui sont notamment:

 -          Dans le domaine sécuritaire, la mise en œuvre de la résolution 2100 du Conseil de Sécurité des Nations Unies et de l’accord Préliminaire de Ouagadougou ;

-          Dans le domaine de la justice, la mise en place d’une commission d’enquête internationale comme recommandée dans l’article 18 de l’accord d’Ouagadougou, et la création d’un fonds d’indemnisation des victimes de violences sexuelles ;

-          Dans le domaine du développement, la mise en œuvre des projets structurants (infrastructures, eau, assainissement, éducation, santé), et l’accélération du retour d’une administration reformée dans toutes les localités ;

-          Dans le domaine de la bonne gouvernance, les OSC exhortent l’Etat Malien à prendre des mesures spécifiques (discrimination positive) pour assurer une forte représentation des femmes dans toutes les instances de prise de décision, et à développer une culture de redevabilité au sein du gouvernement ;

-          Dans le domaine de la paix, l’ouverture immédiate des réconciliations, entre d’une part, les mouvements armés indépendantistes et loyalistes, et d’autre part, entre tous les mouvements armés et la société civile. Dans un second temps, les propositions issues de ces pourparlers seraient soumises au gouvernement et à la communauté internationale. Enfin, les OSC soulignent l’importance d’accompagner la société civile dans la mise en œuvre de ses plans d’action pour la réconciliation.

 Organisations de la société civile signataires du communiqué:

1. Réseau des Femmes Parlementaires

2. Conseil National de la Société Civile (CNSC)

3. Forum des Organisations de la Société Civile (FOSC)

4. WILDAF

5. ONG Réfugiés (Assistance économique et psychosociale aux femmes et filles déplacées du fait du conflit armé)

6. Plateforme des cadres Tamasheks pour la paix et l’unité nationale (Représentative des cadres Imghads)

7. Association Malienne des Droits de l’Homme (AMDH)

8. Collectif Cri de Cœur

9. Collectif des Ressortissants du Nord

10. Ta bi tan Pulaku (Association représentative de la Communauté Peule)

11. Pivot Droit et Citoyenneté

12. TEMEDT (Association représentative de la Communauté Bella)

13. Conseil National de la Jeunesse

Présence des Nations Unies:

Membres de la délégation du Conseil de Sécurité :

  1. M. Marcos Stancanelli (2eme Secretaire)               Argentine
  2. M. Gary Francis Quinlan                                           Australie
  3. M. Banté Mangaral (DPR)                                        Chad   
  4. M. Hugo Ignacio Llanos Mardones (PC)                   Chili
  5. M. Gérard Araud                                                      France
  6. M. Shen Bo (PC)                                                      Chine
  7. M. Mahmoud Hmoud (DPR)                                     Jordanie
  8. Ms. Raimonda Murmokaitė                                       Lituanie
  9. Ms. Sylvie Lucas                                                       Luxembourg
  10. M. Usman Sarki (DPR)                                              Nigeria
  11. M. Oh Joon                                                                Rep. of Korea
  12. M. Petr Iliichev (DPR)                                          Fédération Russe
  13. M. Eugène-Richard Gasana                                      Rwanda
  14. M. Peter Wilson (DPR)                                              Royaume-Uni
  15. Ms. Samantha Power                                                Etats-Unis

MINUSMA : M. Koenders, le bureau de M. Bathily et les sections Affaires Civiles, Droits de l’Homme et Genre.

 

Cri de Cœur s’engage dans l’hygiène et l’assainissement en milieu scolaire et marchés à Gao

Dans le cadre de l’exécution de son  projet “Prévention du choléra dans la ville de Gao”, Cri de Cœur en partenariat avec Secours Islamique France a  procédé à la remise officielle de latrines et de certains matériels à ses écoles partenaires (lave-mains, des Kits d’hygiène composé de matériel d’assainissement et de produits d’entretien) et des poubelles au  marché de légumes et à celui du château. La  cérémonie s’est déroule le Mercred

i 15 janvier 2014 au complexe scolaire Sosso-Koïra. Elle était présidée par M.  Laurent Chevalier le chef de mission de Secours Islamique France à Bamako en présence de M. Abdrahamane MAHAMANE, le coordinateur de Cri de Coeur à Gao. Etaient présents tous les partenaires techniques, les différents Directeurs d’écoles et medersas partenaires et une foule nombreuse.

Au cours de la cérémonie de remise des équipements, les autorités administratives, politiques et scolaires ont tous tour à tour remercié  Cri de cœur et son  partenaire financier Secours Islamique France (SFI).

 Deux(2) nouveaux blocs de deux latrines construits dans deux medersas, vingt six (26) latrines réhabilitées à sosso  koira   A, B, C et 2e cycle  et à Aljanabandja C et Kadji I;  trente (30) dispositifs de lavage de mains et quinze (15) poubelles métallique, des cartons de savons solides, des cartons d’eau de javel.

A cela ,il faut ajouter la formation  en technique de lavage de mains  de moins 20 enseignants, 108 élèves et talibés, 9 clubs d’hygiènes et plusieurs séances de sensibilisation dans les marchés  du château et des légumes.

L’initiative qui a coûté plus de 54 millions de FCFA ambitionne de lutter efficacement contre le choléra dans la ville de Gao plus particulièrement au niveau scolaire  et du coup inculqué aux jeunes scolaires, les bonnes pratiques d’hygiène et d’assainissement. 

Participation du Collectif CRI DE CŒUR au séminaire de formation sur les techniques d’enquêtes et modes de saisines des juridictions nationales et internationales dans le cadre des violations des droits de l’homme liées à la crise de 2012 au Mali, organisée par l’Association des Jeunes Avocats du Mali (AJAM) du 24 et 25 janvier 2014, à la Maison de presse de Bamako.

Le Collectif Cri de Cœur vous souhaite bonne et heureuse année 2014.

En espérant que cette nouvelle année nous apporte plus d’amour, de santé, de solidarité et de paix dans un Mali prospère et uni.

Meilleurs vœux 2014!!!