Cri de coeur pour le Nord-Mali

Dans le cadre de ses activités de sensibilisation et de protection des droits humains, le Collectif CRI DE COEUR vient de lancer son projet d’assistance (psychologique, médicale et sociale) aux femmes victimes de torture à Gao  avec l’appui financier du Fonds de Contribution volontaires des Nations Unies à hauteur de 29 000$.

C’était le jeudi 20 mars 2014 à son siège sise à Sossokoïra. La cérémonie était présidée par M. Ibrahim Arboncana, conseiller aux Affaires économiques et financiers du gouverneur de Gao en présence de M. Hafizou Boncana, le coordinateur du projet et M. Abdou Maïga le représentant du maire urbain de Gao. Etaient présents, Mme Nora Benyakoub, la représentante de la Composante Droit de l’Homme de la MINUSMA, les femmes victimes de torture et plusieurs autres personnalités.

Lancement A’LAFIA

Le  jeudi 30 janvier 2014 à 16h00mn le Collectif CRI DE CŒUR en collaboration avec la Fondation internationale pour les systèmes électoraux (IFES) et l’USAID a procédé au lancement officiel de son projet dénommé « A’Lafia » pour la paix et la réconciliation nationale. C’est dans un point de presse animé par le président de Cri de cœur, Alhamady Moustapha Cissé a expliqué l’objectif du projet, en présence du représentant de l’IFES, M. Andry Ranohavimboamangi, le directeur du Fonds de solidarité national Adama N DIARRA, la directrice des affaires civiles de la Minusma, Mme Elsie Effang Mbetta et d’autres associations de la société civile.

Le Projet« A’Lafia » est financé par IFES et USAID à hauteur de 33 millions F CFA , il est opérationnel depuis juillet 2013 et couvre les régions de Tombouctou et Gaopour une durée de 12 mois.

La stratégie de communication post-crise « A’Lafia » est un outil de sensibilisation des populations maliennes, sans exception, pour la reconstruction du tissu social à travers un processus de dialogue continu pour la réconciliation, de communication pour la cohésion sociale et l’engagement citoyen pour la paix et le développement.

« A’Lafia » s’articule autour des orientations, qui elles-mêmes définissent les principes d’actions. Ces orientations, se définissent par la  communication à visage humain, la communication par les valeurs, la communication par les actions et la communication sur les perspectives/opportunités.

Il s’agira également, à travers cette campagne, d’informer les populations maliennes sur les dérives intégristes et les moyens de lutte contre le fanatisme religieux, promouvoir le dialogue inter-malien à travers un processus participatif et inclusif.

Le représentant de la Fondation internationale pour les systèmes électoraux, M. Andry a salué et réaffirmé leur soutien au collectif qui, selon lui, est indispensable dans le processus de paix et de réconciliation nationale.

Dans son intervention, le directeur national du développement social Modibo diallo, qui représentait le Ministre du Travail et des Actions Humanitaires, a rappelé les mérites du Collectif Cri de Cœur qui a bravé le danger à un moment où personne n’osait s’aventurer dans les régions du nord. L’occasion du lancement de ladite campagne a permis à différentes personnalités de témoigner et de louer les actions du collectif dont l’initiative se veut innovante. Il a aussi rassuré le collectif du soutien des autorités pour la réussite de son engagement.

La directrice des affaires civiles de la Minusma, Mme Elsie Effang Mbetta, qui a récemment pris fonction, juge salutaire la démarche de Cri du cœur. « La Minusma ne peut pas avoir des solutions toutes faites. Elle compte sur l’implication des Maliens eux-mêmes pour  trouver des réponses au déchirement que la crise a provoqué », a indiqué la responsable de la mission onusienne.

Le représentant du COREN pour sa part est satisfait de ce que le Collectif a fait et continue à faire pour les populations du Nord. C’est pour une lui une opportunité pour exprimer toute sa gratitude et sa reconnaissance pour le jeune organisation.

Le point de presse a été clos à 17h 30 par des messages d’encouragement de félicitation par le représentant du Ministre. 

Rencontre avec la délégation du Conseil de Sécurité de l’ONU

Le lundi 03 février 2014 de 9h00 à 10h30, la salle Union Africaine de l’hôtel de l’Amitié a servi de cadre à la rencontre entre la délégation du Conseil de Sécurité et les représentants des Organisations de la Société Civile (OSC) maliennes.

Douze (12) organisations, dont trois (3) femmes ont répondu à l’invitation des sections des Affaires Civiles, Droit de l’Homme et Genre. Les participants étaient issus des réseaux, associations, plateformes, ONG, et organes affiliés dixit les fédérations et associations de femmes et de jeunes, des représentants des communautés (Bella, Tamashek, Pulaaku) et du Collectif des Ressortissants du Nord Mali (COREN).

 La cérémonie a été présidée par le Représentant Spécial Adjoint du Secrétaire Général des Nations Unies au Mali chargé des Affaires Politiques, M. Abdoulaye Bathily.

 M. Bathily a d’abord donné la parole à Mme Ascofaré Ouleymatou Tamboura, porte-parole des OSC pour la circonstance, afin de présenter le communiqué final des acteurs de la société civile présents.

Le document final présenté a tenu compte des préoccupations actuelles des OCS, qui sont notamment:

 -          Dans le domaine sécuritaire, la mise en œuvre de la résolution 2100 du Conseil de Sécurité des Nations Unies et de l’accord Préliminaire de Ouagadougou ;

-          Dans le domaine de la justice, la mise en place d’une commission d’enquête internationale comme recommandée dans l’article 18 de l’accord d’Ouagadougou, et la création d’un fonds d’indemnisation des victimes de violences sexuelles ;

-          Dans le domaine du développement, la mise en œuvre des projets structurants (infrastructures, eau, assainissement, éducation, santé), et l’accélération du retour d’une administration reformée dans toutes les localités ;

-          Dans le domaine de la bonne gouvernance, les OSC exhortent l’Etat Malien à prendre des mesures spécifiques (discrimination positive) pour assurer une forte représentation des femmes dans toutes les instances de prise de décision, et à développer une culture de redevabilité au sein du gouvernement ;

-          Dans le domaine de la paix, l’ouverture immédiate des réconciliations, entre d’une part, les mouvements armés indépendantistes et loyalistes, et d’autre part, entre tous les mouvements armés et la société civile. Dans un second temps, les propositions issues de ces pourparlers seraient soumises au gouvernement et à la communauté internationale. Enfin, les OSC soulignent l’importance d’accompagner la société civile dans la mise en œuvre de ses plans d’action pour la réconciliation.

 Organisations de la société civile signataires du communiqué:

1. Réseau des Femmes Parlementaires

2. Conseil National de la Société Civile (CNSC)

3. Forum des Organisations de la Société Civile (FOSC)

4. WILDAF

5. ONG Réfugiés (Assistance économique et psychosociale aux femmes et filles déplacées du fait du conflit armé)

6. Plateforme des cadres Tamasheks pour la paix et l’unité nationale (Représentative des cadres Imghads)

7. Association Malienne des Droits de l’Homme (AMDH)

8. Collectif Cri de Cœur

9. Collectif des Ressortissants du Nord

10. Ta bi tan Pulaku (Association représentative de la Communauté Peule)

11. Pivot Droit et Citoyenneté

12. TEMEDT (Association représentative de la Communauté Bella)

13. Conseil National de la Jeunesse

Présence des Nations Unies:

Membres de la délégation du Conseil de Sécurité :

  1. M. Marcos Stancanelli (2eme Secretaire)               Argentine
  2. M. Gary Francis Quinlan                                           Australie
  3. M. Banté Mangaral (DPR)                                        Chad   
  4. M. Hugo Ignacio Llanos Mardones (PC)                   Chili
  5. M. Gérard Araud                                                      France
  6. M. Shen Bo (PC)                                                      Chine
  7. M. Mahmoud Hmoud (DPR)                                     Jordanie
  8. Ms. Raimonda Murmokaitė                                       Lituanie
  9. Ms. Sylvie Lucas                                                       Luxembourg
  10. M. Usman Sarki (DPR)                                              Nigeria
  11. M. Oh Joon                                                                Rep. of Korea
  12. M. Petr Iliichev (DPR)                                          Fédération Russe
  13. M. Eugène-Richard Gasana                                      Rwanda
  14. M. Peter Wilson (DPR)                                              Royaume-Uni
  15. Ms. Samantha Power                                                Etats-Unis

MINUSMA : M. Koenders, le bureau de M. Bathily et les sections Affaires Civiles, Droits de l’Homme et Genre.

 

Cri de Cœur s’engage dans l’hygiène et l’assainissement en milieu scolaire et marchés à Gao

Dans le cadre de l’exécution de son  projet “Prévention du choléra dans la ville de Gao”, Cri de Cœur en partenariat avec Secours Islamique France a  procédé à la remise officielle de latrines et de certains matériels à ses écoles partenaires (lave-mains, des Kits d’hygiène composé de matériel d’assainissement et de produits d’entretien) et des poubelles au  marché de légumes et à celui du château. La  cérémonie s’est déroule le Mercred

i 15 janvier 2014 au complexe scolaire Sosso-Koïra. Elle était présidée par M.  Laurent Chevalier le chef de mission de Secours Islamique France à Bamako en présence de M. Abdrahamane MAHAMANE, le coordinateur de Cri de Coeur à Gao. Etaient présents tous les partenaires techniques, les différents Directeurs d’écoles et medersas partenaires et une foule nombreuse.

Au cours de la cérémonie de remise des équipements, les autorités administratives, politiques et scolaires ont tous tour à tour remercié  Cri de cœur et son  partenaire financier Secours Islamique France (SFI).

 Deux(2) nouveaux blocs de deux latrines construits dans deux medersas, vingt six (26) latrines réhabilitées à sosso  koira   A, B, C et 2e cycle  et à Aljanabandja C et Kadji I;  trente (30) dispositifs de lavage de mains et quinze (15) poubelles métallique, des cartons de savons solides, des cartons d’eau de javel.

A cela ,il faut ajouter la formation  en technique de lavage de mains  de moins 20 enseignants, 108 élèves et talibés, 9 clubs d’hygiènes et plusieurs séances de sensibilisation dans les marchés  du château et des légumes.

L’initiative qui a coûté plus de 54 millions de FCFA ambitionne de lutter efficacement contre le choléra dans la ville de Gao plus particulièrement au niveau scolaire  et du coup inculqué aux jeunes scolaires, les bonnes pratiques d’hygiène et d’assainissement. 

Participation du Collectif CRI DE CŒUR au séminaire de formation sur les techniques d’enquêtes et modes de saisines des juridictions nationales et internationales dans le cadre des violations des droits de l’homme liées à la crise de 2012 au Mali, organisée par l’Association des Jeunes Avocats du Mali (AJAM) du 24 et 25 janvier 2014, à la Maison de presse de Bamako.

Le Collectif Cri de Cœur vous souhaite bonne et heureuse année 2014.

En espérant que cette nouvelle année nous apporte plus d’amour, de santé, de solidarité et de paix dans un Mali prospère et uni.

Meilleurs vœux 2014!!!

Première célébration de la Journée Mondiale de l’Aide Humanitaire au Mali. 

Cri de Cœur expose son expertise

Le Mali à l’instar de la communauté internationale, a célébré le lundi 19 Août 2013   la Journée Mondiale de l’Aide Humanitaire. La date du 19 août a été choisie par l’Assemblée générale des Nations Unies en référence à l’attentat, le 19 août 2003, perpétré contre le Bureau des Nations Unies à Bagdad, en Iraq, faisant 22 morts. Cette année marque donc les 10 ans de l’attentat de Bagdad. 

L’objectif de cette journée est non seulement de rendre hommage à tous ceux à travers le monde qui ont perdu leur vie mais aussi de nous faire connaître nous acteurs humanitaires au public du Mali. Nous exposons des produits d’information et le public peut nous approcher pour poser des questions. Le plus important pour nous, c’est d’abord les échanges. » 

Au Mali, la célébration de cette journée a lieu au Centre international de conférence de Bamako (CICB) où plus d’une dizaine  d’organisations humanitaires y ont pris part dont le Collectif Cri de Cœur. 

Cri de cœur, a été en effet la première association humanitaire à avoir initié et ouvert le corridor humanitaire le vendredi 13 avril 2012 en direction des populations du Nord Mali. 

Dans le domaine de l’éducation, Cri de Cœur  a apporté un appui financier et des matériels didactiques, des kits scolaires et des matériels d’hygiène pour les écoles au Nord.

Cri de cœur a aussi accompagné beaucoup d’autres actions organisées par des associations sœurs visant à soutenir les populations en difficulté.

Une première au Mali

« Cette année marque la première célébration de la Journée au Mali qui fait face depuis un peu plus de 18 mois à une crise humanitaire sans précédent. A l’insécurité alimentaire et à la malnutrition se sont ajoutées les conséquences humanitaires de la crise qui a frappé le nord du pays. 

Des centaines de milliers de personnes ont été obligées de se déplacer pour leur protection et l’accès aux services sociaux de base tels que l’eau, la santé, l’éducation est devenu limité pour les populations restées dans le nord. » a déclaré Mme Sally Haydock, Coordinatrice Humanitaire par intérim lors de son discours d’ouverture.

"L’assistance continue et l’aide fournie aux populations vulnérables au Mali n’est pas seulement circonscrite au nord mais sur toute l’étendue du territoire. Cette aide va même au-delà des frontières avec l’assistance aux réfugiés maliens qui sont dans les pays voisins." a-t-elle poursuivi.

Une occasion pour échanger avec le public

Pour le Chargé de Plaidoyer Mobilisation de cri de Cœur, Hafizou Touré, « cette célébration  c’est une bonne opportunité pour rendre visible les actions sur le terrain et partager les expériences de Cri de Cœur avec les autres acteurs humanitaires. Ça été aussi une occasion d’échanges…’’

‘’L’échanges avec les autres intervenants du domaine Eau-Hygiène –Assainissement’’ nous été bénéfique renchérit à son tour le président de la Commission Wash, Mahamane Zacka Ario Maïga. 

Mais mieux, Cri de Cœur selon son chargé de communication Boubèye, « s’est voulu visible.. ». 

La célébration de cette journée a également permis de jeter les balises pour le futur et rappeler à ce jour les urgences de Cri de Cœur, à savoir plus d’assistance et de soutien aux populations démunies, a tenu à rappeler le secrétaire général du Collectif, khalifa A. Touré. 

Faut-il rappeler que cri de Cœur travaille en ce moment sur une campagne de prévention du Choléra à Gao, procédera dans cette semaine (19 août) une campagne de sensibilisation pour l’unité et la cohésion nationales entre autres…

« Fruit » de l’urgence, Cri de Cœur continue sa campagne en faveur des malades vulnérables et des victimes des inondations sur toute l’étendue du territoire national. 

Le 19 Août marque également le lancement officiel d’une campagne mondiale basée sur le thème “Le Monde a besoin de Plus de…”. Cette campagne rassemble les différentes agences de l’ONU et la communauté humanitaire ainsi que des personnalités artistiques, des philanthropes et des entreprises dans le but de transformer les mots utilisés sur les réseaux sociaux en aide humanitaire aux communautés affectées. Les fonds qui seront amassés serviront à soutenir les programmes humanitaires les moins financés à travers le monde. 

AMC

Opération Ramadan Gao

Le Collectif Cri de Cœur en partenariat avec Secours Islamique France (
www.secours-islamique.org) a lancé une grande opération de distribution de vivres à 11200 personnes à Gao. 

Les Colis étaient composé de riz, de mil, de dattes, de bouillons, de concentré de tomates, d’huile et du thé Lipton. L’opération s’est déroulée du 12 au 17 Juillet 2013 à des familles vulnérables essentiellement des veuves avec plus de 5 enfants, des personnes âgées et des handicapés.
Humanitaire : UN DON VENU DU MINNESOTA
Le Collectif Cri du cœur pour le Nord a reçu samedi un lot de médicaments. La cérémonie de remise a eu lieu dans la salle de conférence du Fonds de solidarité national. C’est le président du Collectif, Almahadi Cissé, qui a réceptionné le don. Il avait à ses cotés Moussa Sanogo, représentant les donateurs et plusieurs membres de l’association.

Le don est fourni par nos compatriotes vivant dans l’État du Minnesota aux Etats-Unis. Ceux-ci ont répondu à un appel lancé par le Collectif qui est une association humanitaire née lors de l’occupation des régions du nord par les bandits armés. Depuis, ce mouvement de jeunes volontaires issus de toutes les régions du pays n’a cessé de mener des actions en faveur de nos compatriotes victimes de l’occupation. « Nous avons effectué plusieurs missions sur le terrain et acheminé un nombre incalculable de vivres et de médicaments dans les régions du nord. Les missions humanitaires nous ont permis de faire une évaluation de la situation sur le terrain au plus fort de l’occupation», a rappelé Almahadi Cissé.

Les médicaments offerts par nos compatriotes du Minnesota sont évalués à un million de Fcfa. Le don sera acheminé dans les prochains jours sur Gao pour approvisionner la pharmacie du centre psycho-sanitaire du lycée Yana Maïga. Ce centre est justement une réalisation de Cri du cœur qui prend en charge la moitié du personnel en partenariat avec les ONG Horizon Vert et Helping Hand.

Lougaye ALMOULOUD
http://www.essor.ml/humanitaire-un-don-venu-du-minnesota-2.html

"C’est qui est important, qui n’est pas quantifiable c’est le bénévolat !"
Ainsi le président, Almahady Moustapha CISSE, vous remercie tous pour votre participation aux actions de Cri de Cœur.